La deuxième mission de notre association autre que l'aide directe aux refuges sera au fil des jours de faire connaitre le sort réservé aux galgos ainsi qu'aux podencos . En effet nous nous sommes aperçu que beaucoup de personnes même dans notre sud-ouest ignoraient le sort que subissaient ces chiens dans un pays frontalier au notre, souvent destination de vacances chaque année de plusieurs d'entre vous.

Photos à l'appui,je vais m'efforcer de vous retracer la dure vie d'un galgo étape par étape et ainsi vous informer de leur quotidien et denoncer la barbarie de certains hommes aux nom de la sacro sainte tradition qui leur permet d'agir sans aucune sanction. 


 


La première étape de sa dure vie, le galgo ne fera que courir, chasser, s'entrainer pour son maitre "le galguero", dans des conditions de vie indigne. sans manger, juste du pain dur, sans soin, sous des abris de fortune et bien sur sans amour ni reconnaisssance. A quoi bon donner à manger et aimer "un objet" ?


LA deuxième étape du parcours de la vie de notre protége, même si la première n' était pas brillante, elle va rapidement se détériorer pour devenir immonde. Le galgo devenant trop vieux (3 / 4 ans) et / ou pas assez performant va vite devenir un fardeau pour son galguero et ainsi atteindre  sa soit disant  "fierté". 

Dans le meilleur des cas le galgo va simplement etre abandonné loin de chez son maitre, mais souvent il va etre pendu, torturé, jeté vivant au fond d'un puit ! La moment le plus propice étant la fin de la période de la chasse (début février) ou tout semble permis pour se débarasser de la partie de la meute la moins apte au travail.

Il ne faut pas occulter le fait que derrière tout ça il y a de l'argent en jeu car pour ces galgueros tout est sujet à pari. Par exemple 2 levriers courent derrière un lievre ; le maitre de celui qui l'attrape touche le pactole; celui qui perd est souvent destiné à la pendaison!

 

la série de photos (assez dure) qui vas suivre retrace bien la dure réalité de la cruauté du galguero envers son chien qui n'a fait que le servir du mieux possible.




Commence maintenant pour les plus chanceux d'entre eux le début d'une nouvelle vie grace  à des bénévoles qui sans aucune aide vont essayer de récupérer et de sauver un maximum de ces chiens abandonnés, Ils essayent de les récupérer dans les perreras, dans la rue, au bord des routes des fois les arrachent aux mains de leurs galgueros mais toujours dans des états pitoyables ! 

Ils sont portés dans des refuges bondés, ils sont soignés, nourris, carressés pour la premiere fois de leur vie, pas encore au chaud car la plupart des refuges manquent de moyens mais ceux la au moins sont sauvés de la barbarie ! A ce stade il faut juste rendre un grand hommage à tous ces bénévoles qui oeuvrent dans l'ombre, sans moyens répétons le, qui passent pour des fous en Espagne ! un grand respect pour eux et pour le travail effectué .